4 - Trois mois déjà. Avant de quitter l'ile du Nord

Wanganui, Nouvelle-Zélande le 04/04/2013

 

Hello hello !

 

Attention, le texte est long alors si ça vous fait chier ou si vous n’avez pas le temps (heu ne prenez pas le temps…) vous pouvez regarder juste les photos, ça en dit aussi long !!!

 

Alors la dernière fois on vous avait quittés avec un volcan et ses fumeroles au loin … Jean a pris les jumelles et a affirmé qu’il y voyait une coulée de lave encore chaude ?!?! De plus prêt ce n’était plus que des vapeurs de souffre ! On a ressorti les chaussures de marche (pour ne pas user les tongs…) pour faire, soit disant, la plus belle rando à la journée de NZ : the Tongario Alpine crossing . La moitié était fermée due à l’activité volcanique du moment mais le plus féerique était accessible. Cheminement au pays du Mordor dans des coulées de lave, puis sur un plateau lunaire pour arriver au Red Cratere nuancé de couleurs intenses appelant la contemplation. On finit par notre premier sommet modestement à 1900m, où les nuages s’invitent à notre délicieux repas (bon d’accord c’est moi Elfe qui l’ait fait, le repas, mais c’est Jedi qui a dit que c’était délicieux !!!) La roche s’était parée des couleurs de sa palette d’artiste tout au long du chemin… Vraiment très très beau, ils avaient raison ! Mais il y a tellement de coins magnifiques….

 

Le soir, au hasard de la carte, on a dormi en altitude, dans un coin désert qui fait office de station de ski l’hiver. Mais station de ski de NZ qui n’a RIEN à voir avec ce dont on a l’habitude en France ; Trois ou 4 remontées mécaniques que l’on qualifierait de moyenâgeuses mais qui font le bonheur ici, un jardin d’enfants, un grand hangar avec plein de skis à louer, une école pour les rouges, un poste de secours, un resto et un grand parking. Bien sur désert à cette période mais très intéressant de voir comment tout cela s’organise ici, et de pouvoir le comparer à ce que l’on va trouver au Sud. On en a profité pour inaugurer dignement notre planche de skate long board, d’abord sur le faux plat du parking, puis avec grâce et vitesse ( !) sur la longue route de 19km qui serpentait au milieu de la foret … Un délice ! (On a descendu le Mordor en skate !!!) Avec Jean on alternait, il prenait les passages les plus pentus (d’ou l’avantage d’avoir des couilles !) et moi les plus plats !!! Ce qui veut dire que, oui, c’est moi qui conduisais le bus dans des petites routes de montagne !!! Trop facile … J’espère maman que tu as eu autant de facilités à conduire votre nouvelle voiture !

 

En suivant de bons conseils, notre route s’est poursuivie par la Désert Road, au décor reposant et joli, puis The Forgotten Higway, 60km de petite route sinueuse dans un relief qui alternait avec végétation dense, plateau et collines où se mélangent les troupeaux de moutons, vaches, biches, lamas et chevaux … Pause pour la nuit au milieu de cette road dans un petit camping « chez l’habitant »au somment d’une colline avec une superbe vue,  des proprios très accueillants, de l’électricité et une douche chaude spacieuse pour un prix modique, le luxe !

 

Au bout de la route, le Mont Taranaki se dresse tel un cône au milieu de rien. Petit tour à l’office du tourisme de la région, comme toujours très complet et avenant, nous opterons  encore une fois pour dormir en hauteur ; en haut il y a même une cabane en bois avec de l’eau, des toilettes et … du PQ. Ha oui, parce qu’il faut qu’on vous dise … au niveau pipi caca, ils sont à un niveau supérieur qu’en France ; les toilettes sont toujours nickels, il n’y a personne qui pisse sur la cuvette, ni n’étale de merde sur les murs juste pour le fun, toujours du PQ, des petites poubelle chez les femmes, une brosse à chiottes et tout ça, cela ne viens à l’idée à personne de le voler… A coté, nous passons vraiment pour de gros porcs les français … Donc cette nuit là, ballet de coucher de soleil, lever de pleine lune, étoiles scintillantes ( hé oui, il y avait du vent), puis lever de soleil au loin sur le flanc de la montagne où l’on était qq jours auparavant … On s’est régalés … Pleins d’énergie, on a fait une rando pour s’approcher du sommet mais après un sentier aménagé avec des marches de bois, on arrive dans un pierrier « pourri « dixit Jean (hé oui, il n’est pas parfait non plus !) ; j’en profite pour ramasser des cailloux aux couleurs insolites. Les nuages finiront par nous envelopper jusqu’au refuge, nous ne verrons rien de ce paysage si beau décrit dans le livre d’or. Ha oui, et le refuge ce n’est pas les Ecrins : deux bas flancs de huit places, une table, une autre pièce avec un lavabo, une citerne récupérant l’eau du toit et quelques crochets pour les affaires, le tout nickel mais …il n’y a pas de gardien quoi !!! Jean retrouve pleinement le sourire quand on a fini de redescendre sous la pluie le pierrier «  et en plus il est aussi pourri à la descente !!! ». Bah, les scories encore rugueuses comme de la pierre ponce, ça glisse pas même lubrifiées !  On a redormi au même endroit, c’était tellement beau, et le matin on est allés vers des chutes d’eau de 70m en pleine forêt. Nous avions repéré la route pour descendre, alors on se l’ait faite une fois chacun en long board, elle était idéale !

 

Après, on décide de faire le tour de cette montagne toute ronde par sa péninsule toute ronde ; d’abord halte à New-plymouth, ville où nous resterons une journée car elle est plutôt sympa. Avec sa library-museum en accès gratuit et wifi illimité d’où on a pris de vos nouvelles et d’ou on vous a envoyé le dernier texte et les photos. Deuxième panne de batterie (mais là on a pas compris pourquoi, c’est plus embêtant !) heureusement sur un parking avec du monde et des câbles que l’on a bien fait d’acheter pour si jamais !!! Après dans toute la péninsule c’est une succession de fermes, de prés verts dans un relief vallonné ressemblant beaucoup à l’Irlande, bordé de cotes sauvages avec de jolies vagues pour surfer. On s’est fait des nuits au bord de la mer avec le bruit des vagues pour nous bercer, plus au moins fort en fonction de la marrée, des couchers de soleil, des ballades sur des plages de sable noir surplombées ou non de falaises immenses et désertes. J’ai continué mon recueil de pierres, coquillages et autre bois flotté qui m’a valu «  Toi, tu vas encore rapporter la plage dans le bus ! » Heureusement qu’il est grand notre camion pour tous ces trésors ; j’ai trouvé une magnifique pierre de Jade que l’on adore tous les deux et sculté une plus petite pour le cou de Jean…

Fin du w/end de Pâques, les néo-Zélandais sont beaucoup sur la route rentrant de fêtes de famille ou de rassemblements divers ; Jean se range souvent sur le bas coté pour laisser passer les voitures qui butent à 70km/h derrière nous ; la police est de sortie aussi, on a jamais vu autant de voiture de flics que ce jour là et le premier radar mobile en 3 mois ! A trois reprises des camions que l’on a laissés passer se font contrôler sur le bas coté … puis viens notre tour … « Là je crois que c’est pour nous » me dit Jean sur un fond de musique électro ;-) . Et nous, les français, on est formatés depuis tout petits par la peur du gendarme, même si on a rien à se reprocher, la conscience tranquille, on sait qu’ils peuvent toujours nous trouver un petit truc à verbaliser si ils veulent faire du chiffre, que cela peut être à la tête du client ou à l’humeur de l’agent et que de toutes manières on aura qu’à la fermer … Là le flic ne nous demande même pas les papiers du véhicule, ne souligne pas que les pneus avant sont un peu lisses, il nous demande juste de rouler plus vite si c’est possible ( la route est limitée à 110), heu , non , alors de carrément s’arrêter sur le coté sans continuer à rouler lentement. Puis il s’enquiert si nous devons être à Wellington ce soir comme tous ceux qui reprennent le travail demain et nous conseille alors un coin génial et gratuit au bord de mer pour nous arrêter. Merci de ce judicieux conseil, le coin était génial et humainement les rencontres intéressantes !

 

Pour la deuxième fois nous voilà à Wellington ; mais notre passage sera plus bref, nous récupérons nos visas et découvrons avec joie et soulagement qu’ils sont prolongés jusqu’au 9 octobre, le max que l’on peut avoir, ça nous laisse le temps de sentir où on veut se poser. Sinon on aurait dû partir dans 5 jours car cela fait 3 mois qu’on est là …. Maintenant  nous n’avons plus qu’une hâte, c’est d’aller découvrir le sud. On prend le temps de mettre des pneus neufs à l’avant du carrosse (hé oui, je vous ai entendu dire en lisant plus haut « ho quand même, ils pourraient changer les pneus, c’est dangereux, si ils ont un accident «  hein ???). Dernière nuit à Wellington qui nous montre son vrai visage de ville la plus ventée du monde, au premier étage du bus on se croyait dans un bateau tellement ça tanguait !

Et le 4 avril (hé oui, Yannick, le jour de ton anniversaire ! Bon anniversaire ;-)) on embarque sur le Bluebridge pour 3 heures de traversée vers notre terre d’accueil.

 

La prochaine fois je vous écrirai de là bas !

Portez vous bien ; on pense à vous et on vous embrasse. 

 

Commentaires

 Fredlmr
Houla vu la fréquence des nouvelles la civilisation ne semble pas vous manquer ;) Bisous et Enjoy !!
 Jeanic
C'est chaque fois beaucoup de bonheur de vous lire, un vrai moment de détente! je pense bien à vous. bises. jeanic
 Fredouille
Bon, d'accord paysage superbes, moments d'émotions, gens cool, Jean copain avec des flics moustachu et gays... ok ok ok Mais revenons à l'important... Jean est tu au courant qu'un film de Zombies avec Bradd Pitt vas sortir cet été ? Ya des cinémas le long des pistes de long board ? ;))
 Marc
Avez-vous conscience de vivre qq chose d'unique, d'authentique, d'inoubliable ? Nous on s'en rend compte à 20 000 kms de distance !! Merci pour le partage (texte et photos). Et à part ça, il s'améliore votre anglais ?
 Franck
Biz à vous. Encore une fois heureux de vous lire et de pouvoir partager quelques moments dans ses contrées superbe ... Non Anne-So, tes contes ne sont pas trop long ... C'est comme un quart d'heure de détente et de sourire qui nous reste dans le creux de nos lèvres après lecture ... Prenez soin de vous ... Biz
 Pipart
Bonne traversée et surtout bon vent . Bizz xxx



Autres récits de voyage

Autres Recits en Nouvelle-Zélande