8- Queenstown à Glenorchy

Queenstown, Nouvelle-Zélande le 26/05/2013

 

 

Cul de sac sur une gravel road au bout du lac de Wanaka. 18h30, couleurs du soir dans un paysage automnal. Arrêt au bord d’une rivière puissante charriant des eaux glacières. La lune éclaire les sommets enneigés de cette première poudre légère annonçant le repos hivernal. On avait bien vu que le sol semblait bien sableux, mais il nous fallait manger en profitant de la quiétude de ce lieu isolé. Une bonne nuit de sommeil, un petit déj au pain perdu et nous voilà fin prêts à continuer notre chemin … Oui mais c’est que le bus il n’a jamais voulu bouger, s’enfonçant un peu plus dans le sable . On a mis deux heures à pelleter, tapisser le sol de bois et autres galets plats… Rien n’y a fait, les roues creusaient toujours un peu plus jusqu’à poser le châssis sur le sol, signant notre immobilisation définitive … Le Paris –Dakar ne nous avait jamais fait rêver, et pour cause ! Jean qui commence à perdre patience ; un petit signe de la vie qui analysé à froid, en y retirant les émotions vives, lui apportera un peu plus de Sagesse. On a de quoi tenir un siège de 15 jours dans notre camion et l’endroit est plutôt joli ! Enervé il part à pieds chercher de l’aide dans cet endroit perdu, mais heureusement il fait jour !!! Il revient heureux comme un roi, cheveux au vent, debout dans la benne d’un 4x4 au milieu de chiens de bergers. Les deux jeunes paysans qui s’occupaient de leurs troupeaux n’ont mis que 5 min à nous tirer de là et sont repartis avec deux bonnes bouteilles ! C’est fou comme nos dernières années en France avaient pu nous faire oublier que l’entraide entre humains même inconnus est quelque chose de naturel et évident. Nous nous réapproprions cette qualité au combien simple pour aider aussi les autres autour de nous (cela inclus aussi ceux qui sont à l’autre bout du monde et qui sont avec nous dans les pensées…)

Direction Queenstown par la route de vallée. Au bord d’un canyon, le vestige d’un village de chercheurs d’or, un vieux pont de fer d’où ont peut sauter à l’élastique de 43m. Ici quand ils font les choses, ils les font bien ou ne les font pas ; le tourisme et les sensations fortes ça rapporte dans la région, alors ils en prennent soin. Ce n’est pas un pauvre endroit avec un vieux bout de corde au fin fond d’une vallée sur un pont isolé … Non, un grand bâtiment circulaire en fer et béton de 3 étages qui descend sur le bord du canyon, un ancien pont en métal devant servir au chemin de fer, 4 cameras fixes filmant chaque saut, et une plateforme-terrasse d’observation protégée par des balustrades en verre et réchauffée par de petits foyers au gaz. De quoi donner envie de sauter ou juste permettre de partager avec ceux qui sautent … Avec bien sûr tous les souvenirs NZ comme dans chaque lieu touristique, des cendriers en pawa, des bonnets et gants en opossum, des pierres de jade aux sculptures Maori, des sous vêtements en Mérinos, la panoplie d’accessoires à l’effigie des All Blacks et j’en passe … Et après tout, vaincre la peur de sauter du haut du pont peut être le détonateur pour réveiller un mouton endormi venu consommer du tourisme au milieu de sa vie de travail ?

 

Traversée de vignobles magnifiques aux couleurs d’automne pour arriver dans une ville enclavée au bord d’un lac ; Queenstown, LA ville hyper touristique, LE Chamonix local. Heureusement, tout le monde nous dit que c’est la saison calme, qu’il n’y a « personne « ! Le centre est joliment aménagé avec des rues piétonnes, des galeries abritées, les bords du lac, le tout en bois et pierres du coin, comme un peu dans ces stations hyper friquées des Alpes où on a construit autre chose que des cages à lapins immondes, mais en 10 fois moins grand. Ici, se juxtaposent des magasins de luxe, dont Louis Vuitton comme un joli clin d’œil de mon amie « pour la vie » Cat, des mag de sport, des boutiques d’attractions pour touristes et des bars des restaurants pour éponger la soif des locaux et remplir la pense de tous. La plage de petits galets aux multi couleurs des minéraux qu’ils enferment, le lac, immense aux limites invisibles, deux Jetboat qui arrivent en trombe terminant leur course en un dérapage tape à l’œil et sa gerbe d’eau sur les berges ; des touristes asiatiques vêtus du ciré rouge de la compagnie débarquent sur le quai sous une pluie battante. L’île sensation la NZ ? Mon Dieu, pas comme ça pour tout le monde !!! A coté, comme dans chaque ville, le jardin. A l’écart sur une presqu’ile, des arbres centenaires d’essence variées organisées avec la rigueur des anglais ; l’incontournable garden rose ; un châtaignier, ça tombe bien c’est la saison ! nos premières châtaignes dans cet hémisphère, et grosses, sans un ver, délicieuses  même crues ! Dans la forêt, un peu à l’écart, une patinoire olympique, cela nous a fait envie …

Le temps est très humide, on continue la route sur 50kms vers le fond du lac, un cul de sac : Glenorchy, 250 âmes. Nuit sauvage au bord de l’eau, le lac dans les hublots… Hé bien Glenorchy c’est joli ! une vallée large et plate entourée de hautes montagnes aux sommets enneigés, et rien ni personne à part des vaches et des moutons. Le soleil réapparait timidement nous permettant des promenades dans les forêts et au lac Sylvan ; un décors fantastique digne des meilleurs films. Un hot spot pour le tournage du Seigneur des Anneaux. Nuit encore sauvage dans un lieu dit au bord d’un petit lac : Paradise. Nous étions vraiment au Paradis pour cette nuit étoilée…

Là il commence à faire froid, la neige descend bas, atmosphère d’automne humide même si les couleurs sont magnifiques, il nous faut rentrer à la maison (enfin nous rapprocher de wanaka quoi !). Détour par Arrowtown, village de chercheurs d’or converti pour les cars de touristes. Tout y est faut, surfait, reconstruction de vieilles devantures pour vendre toujours les mêmes produits, Eurodisney en NZ sans les manèges. Et là c’est un magasin de rêve pour patchwork qui me fait un clin d’œil ! On ne reste pas, en plus il s’est remis à pleuvoir des cordes … Et puis on est quand même impatients et excités de se poser un peu après ces 4 mois de vadrouille très enrichissants …

On achète un chauffage électrique de salle de bains, fini les soirées bonnets-doudoune-Ugg boots à l’intérieur de notre palace et la sensation de rentrer dans un lit gelé. C’est la fete !!!

La prochaine fois, début de nos aventures à Wanaka !

Et, oui, ce w/end, nous aussi on aurait aimé être à la Saudagniat à écouter de la musique répétitive… Jean a dansé dans notre salon en secouant la tête sur les cotés, canette de coca à la main, électro dans le camion-radio toute la journée et la nuit …. Je crois qu’il n’était pas vraiment là mais bien avec vous là-bas !

Mille pensées, portez vous bien et bonne fête aux mamans !!!!

Ann’So

 

 

Commentaires

 Marc
Ben alors ! On a une grosse envie de paté, de saucisson et de rillettes ? N'avez qu'à revenir en France, cette douce France où il fait bon vivre au milieu des injustices, des crimes, des suicides, des mensonges,, des mariages gays et des super impôts sur le bénéfice qu'on paye à Tonton François avec le sourire ! Mais bon....on a le pâté, le saucisson et les rillettes....Gros bisous.
 Emilienne
Votre commentaire
 Emilienne
Votre commentaire
 Emilienne
Un chaleureux merci à toi qui pense à nous et nous passionne pour la N.Z. Merci aussi pour avoir feter les mamans . En espèrant que l'épisode de l'enlissement ne se reproduira plus . Bonne continuation .



Autres récits de voyage

Autres Recits en Nouvelle-Zélande