9 - Juste une mise au point
  

9 - Juste une mise au point

Wanaka, Nouvelle-Zélande le 03/06/2013

 

Cette fois-ci, pas de description comme d’habitude de ce que l’on vit au quotidien, mais une mise au point.

Donc « juste une mise au point sur les meilleurs moments de ma vie … » Jeanne Mass ! Non, ce n’est pas ce que l’on écoute dans le bus, cela a juste l’intérêt d’être en français …

Parce que vous nous questionnez souvent sur ce que l’on va faire demain ; « alors vous avez du travail car vous aviez dit qu’au bout de trois mois sinon vous deviez partir ? » ca c’est vraiment pour ceux qui suivent pas je vous l’accorde… « Qu’est ce que Jean cherche comme boulot ? Et AnneSo ? Vous cherchez un logement ? Vous allez rester là où vous êtes ? »…………???????????? Merci de toutes ces questions, mais nous, on n’en sait rien !!! Demain, c’est la surprise, en fonction des gens que l’on va rencontrer, de la météo, de notre état énergétique … enfin de pleins de facteurs que l’on ne maitrise pas.

 Pour ceux sur lesquels on a de l’influence, c’est simple et c’est eux que je vais développer:

 

            De l’autre bout du monde, on avait senti Wanaka. Merci Google Earth. On ne s’était pas trop trompés puisqu’on a atterrit à 12kms. Mais je prendrai le temps de décrire plus tard le camping à 8euros pour deux/nuit où on a posé notre bus, ou comme dit Emilienne, notre Faucon Millénium . ;-)

 

            On est rentrés dans le pays avec des visas de tourisme valables 3mois. On a payé une somme modique pour les prolonger au max possible c.à.d. pour nous jusqu’en octobre 2013. Ce qui nous laissait plus de temps pour finir de visiter pendant qu’il faisait encore chaud, et pour faire nos visa de travail une fois que l’on avait trouvé un boulot intéressant. Donc nous sommes dans les papiers. Fournir à l’immigration notre certificat de police comme quoi notre casier est vierge, attester que l’on a été expulsés de nulle part, pas commis de violence sur des personnes, pas de procès en cours, les diplômes traduits, les lettres de nos amis témoignant que l’on est bien en couple – C’est pratique d’avoir des amies bilingues ! Merci à vous ;-)- le double du compte en banque … (hé oui, ici aussi, cela facilite les choses … c’est ainsi … ). Le clou était quand même le checkup « médical » ! 350euros par personne. Ca calme. Prélèvement sanguin pour vérifier que l’on n’a ni la syphilis, les hépatites, le VIH qui n’existe pas, les reins et la moelle détraqués, ni le cancer du SIDA. Puis examen pour vérifier que l’on ne porte pas de tare majeure ni d’infirmité remarquable (auquel cas on est surement prié de retourner dans son pays d’origine ou de trouver une autre bonne raison que la beauté du paysage pour rester ici). Ce face à face était intéressant ; j’en ai profité pour demander au médecin les trucs importants pour la grossesse, savoir où il y avait une bonne échographiste (Wanaka, ça tombe bien !!!!!) et récupéré un spéculum jetable (là c’est un clin d’œil pour Marianne ;-)). Jean lui m’a dit qu’ils avaient parlé d’escalade et de ski ! Après passage à la radio pour un thorax de face, histoire de voir que l’on est pas tuberculeux stade 3 ou que ce n’est pas Fukushima dans nos poumons. Jean s’est fait irradié deux fois, il avait les poumons trop larges, ça rentrait pas dans la cassette, dommage ! Et voilà, on attend … La réponse devrait arriver dans quelques jours et si l’on est reçus, c’est de très bonne augure pour les visas …

             

            Pour le boulot, Jean n’est pas difficile. Aller faire le singe au bout d’une corde il sait bien faire mais ce n’est pas non plus une passion ; en France il faisait cela surtout pour partager de bons moments avec ses copains et se dégager beaucoup de temps libre … Voyager dans les airs, il préfère que cela reste juste une passion, un loisir à partager. De toutes manières ce n’est pas du tout assez développé pour l’instant ici pour en faire un boulot à plein temps. On va déjà voler pour nous et on verra comment cela évolue. Par contre développer ses talents de médecin chinois en faisant fonctionner sa tête et progresser sur les énergies cela l’intéresse beaucoup. Je le vois studieusement travailler au soleil, chercher encore des connaissances pour un plus grand éveil. Il n’y a que les fous pour penser pouvoir comprendre avec le peu qu’ils savent. Hé bien Jean il est loin d’être fou ! Pour l’instant, par le bouche à oreille, il traite quelques patients sur Luggate et se fait rémunérer en donations (de l’insipide billet de banque à des lapins dépecés, du foie de veau ou des côtelettes de mouton en tranche). Tant que l’on n’est pas résidents (en moyenne cela prend deux ans), il n’a pas le droit de s’installer à son compte. Il est en contact avec un centre de soins sur Wanaka qui est très intéressé pour qu’il pratique chez eux. Richard, le boss, fait lui aussi les papiers pour l’immigration. Mais cela va prendre encore du temps. Ca tombe bien, on n’est pas pressés.

 

            De mon coté, en quittant Bourg St Maurice, je sentais bien que je mettais un terme à une certaine pratique que la médecine occidentale m’avait inculquée. Même si là bas les portes s’ouvraient vers une médecine différente que j’ai eu le bonheur et la joie de partager avec certains. Je vous en remercie, je n’ai pas oubliés tous ces moments intenses, puissants, ou nous partagions l’intimité des femmes, des couples. J’ai bien fait d’en profiter ! Et je sais si vous en vivez toujours d’aussi forts car je sais me transformer en petite souris – non, Elfe, c’est plus joli !- et me glisser dans la poche du haut de votre blouse. D’ailleurs, faites attention quand vous mettez le tablier banc de cuisine car des fois ça me cache la vue … La médecine moderne a été détournée de son essence, on a accepté qu’elle puisse devenir comptable, marchande, avec profits. De nouvelles maladies sont inventées pour vendre de nouveaux traitements, les patients infantilisés pour pouvoir être manipulés et le plus souvent sans que les médecins en soient vraiment conscients. Mais la révolte germe, je suit cela sur internet. Tout ça pour dire que, non, je ne vais pas travailler en gynéco-obst. En plus nous ne pourrions pas rester là où nous sommes, il n’y a pas de maternité à moins de 200kms. Comme cela, ça met tout le monde d’accord ! Donc je demande un visa en tant que partenaire, celui qui me permet quand même de travailler si je le souhaite dans des emplois peu qualifiés (car le visa de travail comme Jean est accepté pour un métier précis et n’autorise pas à juste travailler ; c’est pour permettre l’immigration seulement de personnes dont la NZ manque ; c’est pas con sur le principe…). Et comme ça, cet été, à moi la cueillette des framboises, cerises et abricots. Je vais me régaler ! Un boulot dehors à la belle saison à penser toute la journée en mangeant des fruits ça met du beurre dans les épinards !!! Et puis il y aura mon autre occupation, une très importante dans les moments à venir, c’est faire des enfants. Mais pas 12 car au niveau timing ça va pas faire ! Là je ne vous fait pas le laïus de l’énergie que cela prend, qu’une mère vaut mille pères et tout le tintouin ; vous savez surement… Je ne vais pas m’ennuyer !

 

            Pour l’anglais, pas de problème on arrive toujours à comprendre et se faire comprendre ; on fait répéter si besoin, ils prennent toujours le temps de le faire, et avec bienveillance.

 

            Pour la nourriture, c’est pareil, on s’adapte et on s’est toujours régalés. A priori pas de carence ni d’excès en vue. On trouve même du pain et du fromage locaux dignes de ce nom. Bon pour le saucisson et le pâté on a trouvé une autre solution, mais de toutes manières il ne faut pas en abuser ! Merci Emilienne …

 

            Pour le logement, on a déjà de jolies idées. Mais on ne concrétisera rien avant d’avoir les visas. Pour l’instant on est trop bien dans notre roulotte. En tous cas, ce que est sur, c’est qu’il y aura de la place pour les amis et la famille. Vous serez tous les bienvenus à la seule condition que vous veniez avec votre cœur ! Non, non, j’ai pas écrit « des fleurs » mais bien « votre cœur » !!!

 

Et, non, je ne suis pas encore enceinte. De jumeaux non plus !

 

            Enfin voilà, on se sent chez nous ici, même si vous nous manquez.

 

            C’était long encore cette fois ci… Mais si vous avez lu jusque là c’est que ça vous a plus… ou que vous êtes très curieux !

 

            Take care, mille pensées, on vous embrasse.

 

Elfe taille normale (pas celle qui va dans les poches )

 

 

Hé c’est pas Jeanne Mass hein ? Mais c’est qui alors ?

 

             

 

 

 

 

Commentaires

 Daničle fréchon
Merci pour les renseignements de votre vie "quotidienne" et de nous faire ręver moi qui souvent lis des récits de marcheurs j'ai le bonheur de lire les vôtres, mais comme j'ai dis ŕ Ghislaine tu n'es pas ma "fille"....pour le moment ŕ Rouen nous pouvons ręver aussi avec l'armada....



Autres récits de voyage

Autres Recits en Nouvelle-Zélande