7- Lac Tekapo à Wanaka !

Lake Tekapo, Nouvelle-Zélande le 18/05/2013

 

Bonjour à tous !

 

Cela fait longtemps que je n’ai pas pris mon clavier pour vous faire partager notre périple, j’ai pris beaucoup de retard, ce n’est plus vraiment du live … Car nous sommes déjà arrivés à Wanaka, la jolie ville au bord du lac au milieu des montagnes dont on rêvait depuis des mois sur Google Earth ! Hé bien on est pas déçus !!!

 

Mais je reprends où l’on s’étais arrêtés : Christchurch. Il pleut de cordes, en anglais cela se dit « It’s raining cats and dogs », littéralement « il pleut des chats et des chiens » toujours est-il que c’était de l’eau qui tombait du ciel et que ça mouille ! Les hauteurs de la ville, sa péninsule sont dans les nuages, nous ne verrons pas grand chose et continuons notre route. Ce sera direction Tekapo par un grand  axe avec une circulation dense – pour la NZ, soyons relatifs …- sans grand intérêt touristique. On bifurque par Géraldine ( ;-) ) , premier village au nom de femme européen comme il y en a plusieurs dans la région, peut être le témoin de quelques colons anglais qui voulaient laisser une trace de leurs souvenirs… Même dans cette campagne sauvage il pleut toujours, nous ne verrons toujours pas grand chose, à part qu’en descendant au Sud les couleurs de l’automne se font plus présentes. Et là, nous passons la Burkes Pass dans le brouillard quand tout à coup, à notre plus grande surprise, tout s’éclaire, le soleil tape derrière les vitres, nous réchauffe l’habitacle et le cœur au milieu d’un grand ciel bleu ! Les nuages étaient accrochés à la chaine montagneuse qu’il fallait traverser pour arriver sur un haut plateau gigantesque et désert. On sent que l’on a changé de climat, le plateau draine l’eau et l’air froid des Alpes NZ où culmine le Mt Cook dit Aoraki en Maori à 3754m, plus haut sommet de l’Océanie. Une grande ligne droite à l’Américaine dans ce décor de fou nous mène au lac Tekapo ; je vous laisse regarder les photos et imaginer notre souffle coupé  devant toute cette beauté automnale ; des arbres en feu, une eau limpide et au loin le relief gracieux des monts … Mais plus tard, nous saurons que ce n’était qu’un aperçu de ce qui nous attendait ! Au bord de l’eau, une petite chapelle dont le mur du cœur n’est qu’une grande baie vitrée s’ouvrant sur le lac, une façon naturelle de donner une dimension plus libre et spirituelle aux boni mensonges des curés. Hé oui, Emilienne, on a pensé à vous encore une fois, vous aimerez cet endroit !!!  

Le Mt John s’impose alors, surplombant de quelques centaines de mètres le lac. Nous ne choisirons pas la courte marche d’une heure mais préfèrerons la route hyper over méga raide pour y monter pour ne pas rater le coucher du soleil. En haut il y a une antenne universitaire d’astronomie car le ciel y est particulièrement pur et la vue dégagée sur 360°, un lieu idéal pour les couleurs du soir ! Malheureusement, comme tout le mont est privé, il faut payer une somme astronomique pour rester après le coucher du soleil et profiter des télescopes alors nous redescendons ; et Jean perfectionne sa maitrise de notre bus pour ne pas faire fumer les freins ! Nous avions eu la joie d’apercevoir quelques minutes le sommet du Mt Cook qui ce soir jouait avec les nuages ; c’était la première fois, quelle émotion !    

La nuit nous la passerons au bord du lac d’Alexandrina qui jouxte celui de Tekapo. Cet endroit au milieu de nulle part au bout d’une courte gravel road est insolite.  Se fondant avec la nature, c’est un fait un petit village de pêcheurs utilisé surtout à la belle saison ; Une cinquantaine de toutes petites maisons, certaines en bois, en tôle, d’autres plus modernes, des caravanes qui ne roulent plus, pas d’électricité, des tanks pour récupérer l’eau de pluie, des toilettes sèches, des barques en bois à rames retournées sur le bord du rivage, des cabanes et balançoires dans les arbres… tout cela respirait un joli coin de paradis estival dans le respect de la nature et des humains. Le ciel étoilé y était magnifique, la lune miroitait dans l’eau, troublée par le clapotis discret des canards sauvages …

Le lendemain, route vers le lac Pukaki , d’où il y a un point de vue sur le Mt Cook. Mais aujourd’hui tous les sommets sont pris dans les nuages, nous ne le verrons pas ; c’est aussi la première fois que nous avons froid, un vent du Sud glacial nous gèle de l’intérieur malgré les bonnets gants et anoraks … Ici tous les grands lacs aux eaux laiteuses sont reliés par un système de canaux permettant d’alimenter des centrales électriques avec très peu d’impact sur le paysage ; tout ce réseau est de taille immense. Et dans les canaux, ils ont installé quelques fermes d’aquaculture pour élever des saumons ; 90% de leur production est pour l’export (Japon, USA) et le reste pour la consommation locale. Leur prix est raisonnable et leur chair délicieuse !!!

Tout cela au milieu de la Plaine du Rohan, c’est vous dire. Jean était fou ! Mais fou en mode frigorifié car putain qu’est ce que l’on se les ait caillés, en plus à moitié sous la pluie, heureusement que notre faucon millénium avait l’option chauffage au diésel.

On quitte ce grand plateau par la Lindis Pass, excités comme des puces de se rapprocher de Wanaka en passant par les montagnes…

Wanaka, j’y reviendrai la prochaine fois ; derrière le panneau de la ville que nous voyons ENFIN en VRAI ! il y a un écriteau qui interdit le freedom camping même pour les self-container ( comme nous avec toilettes et récup des eaux usées) dans toutes la zone ; ne serait-on pas les bienvenus ??? Forts de cette interdiction nous continuons sur la rive gauche du lac au pied de Trebel Cone , LA zone de ski . Nous sommes entourés de champs d’élevage de cerfs et c’est la période du rut ; nous sommes seuls, les nuages nous entourent donnant une ambiance film de zombies pour la nuit !!! Au matin, les éclaircies nous laissent le loisir d’une rando d’une heure sur un petit promontoire surplombant le lac qui a fait office de décor pour le Sud de Rivendell du Seigneur des Anneaux. La vue est magnifique, les sommets poudrés de blanc pendant la nuit ajoutent un peu de magie à l’ensemble, d’autant plus que nous sommes bien accompagnés ! Ce n’est pas un hasard si Eugénie, française de naissance, son mari Thomas, Suédois et leur petit William d’un an avaient eux aussi choisit cette rando ce jour là ! Riches expériences à partager quand Eugénie nous raconte qu’elle a fait science Po à Stockholm pour s’intégrer au pays, que Thomas a fait 3 expé scientifiques au Pôle Sud , le tout saupoudré de reïki … Une belle rencontre, de bonnes énergies !

Et nous voilà en route vers Queenstone, le Chamonix de la NZ … voyons voir ce que cela donne ! Suite au prochain numéro.

On vous embrasse et arrêtez de tout casser juste pour une victoire de football enfin, c’est quoi ce bordel !!!

Milles pensées….

 

 

 

Commentaires

 Frangine
Je me suis fait une petite séance photos, des dernières étapes ... c'est vraiment trop beau !!!!
les photographes doivent être assez doués, mais les paysages sont sans doute aussi à la hauteur :-) Et les couleurs sont à tomber !!
A quand les prochaines ? D'ailleurs, chose promise ... je t'en envoie aussi !
Gros bisous à tous les deux, prenez soin de vous
 Jedi
La video surveillance ne marchera pas sur les batteries, mais il viendra c'est sur et c'est avec tes impôts de personne responsable. Il en profitera même pour ouvrir un compte et vous pomper jusqu'à la moelle. Ca promet des brulachu...
 Houliganfred
ON CASSE CE QU'ON VEUT D'ABORD !!!
ICI ON EST STRESSE ALORS VOUS ARRETEZ DE PAS L'ETRE SINON ON VOUS ENVOIE CLAUDE GUEANT ET IL INSTALLERA DE LA VIDEOSURVEILLANCE DANS VOTRE BUS POURRI DE NEO-BABACOOL IRRESPONSABLE



Autres récits de voyage

Autres Recits en Nouvelle-Zélande